Comment aider ses enfants à faire face à l'échec et à la déception

Dernière mise à jour : 27 mars

L'échec et la déception sont deux sentiments difficiles à vivre. Nous nous blâmons souvent lorsque nous n'atteignons pas certains de nos objectifs. La résilience est un précieux trait de caractère que nous ne pouvons qu'encourager chez les enfants car il est inévitable que ceux-ci se sentent parfois déçus, rejetés et découragés. Voici 5 conseils qui peuvent les aider à développer leur courage et à faire face au rejet :


1. Réconforter et valider leur expérience

Lorsque les enfants se sentent compris et validés, cela les aide à construire un sentiment d'identité. Plus nous sommes capables de ressentir et de tolérer des sentiments inconfortables, plus il nous semblera facile de les maîtriser la fois suivante.


Par exemple, si votre enfant est déçu parce qu'il n'a pas été admis dans l'équipe de ses rêves, vous pouvez lui dire : "C'est très décevant, je sais que tu espérais vraiment y être admis". De nombreux parents bien intentionnés tentent de minimiser le sentiment de déception de leurs enfants, mais ils manquent la vue d'ensemble. Votre enfant est déçu et a peut-être besoin d'un peu de réconfort avant de pouvoir envisager d'autres possibilités.


2. Voir les échecs comme une opportunité d'apprendre

Souvent, les enfants et les adolescents ont peur de l'échec. Ils vont préférer renoncer plutot que de ressentir de la frustration, de l'humiliation, de la colère ou de la déception (ou parfois les quatre sentiments à la fois). L'échec est pourtant une excellente source d'apprentissage, même s'il s'avère inconfortable. L'échec peut nous aider à réévaluer nos objectifs et à élaborer un nouveau plan d'action pour nous remettre en selle. La résilience face à l‘échec est un trait de personnalité très recherché sur le marché du travail et la plupart des entrepreneurs en sont munis.


3. Si tu ne réussis pas, essaie de nouveau

Après un échec, il n'est pas rare qu'un manque de motivation se fasse sentir. Si nous pouvons faire en sorte que la possibilité de l'échec fasse partie du processus, alors une deuxième chance (ou une troisième, ou une quatrième !) est toujours envisageable.


4. Lier la valeur de vos enfants à leur caractère, et non à leurs résultats.

Il est facile pour les parents de vouloir que leurs enfants aillent dans les meilleures écoles, qu'ils aient de bonnes notes et qu'ils soient des superstars. Le monde entier devrait voir ce que nous voyons et aimons chez nos enfants. Pourtant, cette pression de la réussite peut envoyer le message que votre valeur personnelle est directement liée à votre réussite.


Lorsque votre enfant atteint un objectif, comme obtenir des notes exceptionnelles, concentrez-vous sur son travail et sa détermination, et non sur le résultat final. "C'est génial ! Tu as travaillé tellement dur ce trimestre."


5. Prendre du recul

Nous voulons tous protéger nos enfants des épreuves et des échecs. Mais si nous les mettons à l'abri trop longtemps, cela entrave leur capacité à développer un sentiment d'efficacité personnelle. Lorsque nous essayons de résoudre des problèmes pour eux ou que nous intervenons en leur nom, nous envoyons le message que nous ne pensons pas qu'ils puissent faire les choses par eux-mêmes... et ils commencent à le croire. Essayez de résoudre les problèmes ensemble, et laissez votre enfant prendre l'initiative. Cela lui donnera confiance pour gérer les situations à l'avenir, et vous aurez la tranquillité d'esprit de savoir qu'il peut effectivement les gérer.

30 vues0 commentaire