Comment aider son enfant à se calmer et à mieux contrôler ses émotions

Dernière mise à jour : 26 mars

De nombreux enfants ont des difficultés à réguler leurs émotions. Les crises de colère, les explosions, les pleurnicheries, les provocations, les bagarres sont autant de comportements que l'on observe chez les enfants qui éprouvent des sentiments puissants qu'ils ne peuvent contrôler. Si certains enfants ont appris à jouer la comédie parce que cela leur permet d'obtenir ce qu'ils veulent - de l'attention ou du temps sur l'iPad - d'autres ont du mal à rester calmes parce qu'ils sont exceptionnellement sensibles.


La bonne nouvelle, c'est qu'apprendre à se calmer au lieu de passer à l'acte est une compétence qui peut être enseignée.


Qu'est-ce que la dysrégulation ?

Les réactions de certains enfants sont tout simplement plus importantes que celles de leurs camarades, de leurs frères et sœurs ou de leurs cousins. Non seulement ils ressentent les choses plus intensément et plus rapidement, mais ils sont souvent plus lents à retrouver leur calme.Des sentiments inhabituellement intenses peuvent également rendre un enfant plus enclin à des comportements impulsifs.


Lorsque les enfants sont submergés par leurs sentiments, le côté émotionnel du cerveau ne communique pas avec le côté rationnel, qui régule normalement les émotions et planifie la meilleure façon de faire face à une situation. Les experts appellent cela la dysrégulation émotionnelle. Il n'est pas efficace d'essayer de raisonner un enfant qui est dysrégulé. Pour discuter de ce qui s'est passé, il faut attendre que les facultés rationnelles de l'enfant soient de nouveau opérationnelles.


Repenser les émotions

Les parents peuvent commencer par aider les enfants à comprendre le fonctionnement de leurs émotions. Les enfants ne passent pas du calme aux sanglots sur le sol en un instant. Cette émotion se construit au fil du temps, comme une vague. Les enfants peuvent apprendre à se maîtriser en remarquant et en étiquetant leurs sentiments plus tôt, avant que la vague ne devienne trop grosse à gérer.


Certains enfants hésitent à reconnaître leurs émotions négatives. Beaucoup d'enfants grandissent en pensant que l'anxiété, la colère et la tristesse sont de mauvaises émotions. Mais le fait de nommer et d'accepter ces émotions est une base pour résoudre les problèmes liés à leur gestion.


Les parents peuvent également minimiser les sentiments négatifs parce qu'ils veulent que leurs enfants soient heureux. Mais les enfants doivent apprendre que nous avons tous une gamme de sentiments. Vous ne voulez pas créer une dynamique selon laquelle seul le bonheur est bon.


Modeler la gestion des sentiments difficiles

Pour les plus jeunes enfants, décrire vos propres sentiments et modéliser la façon dont vous les gérez est utile. Ils vous entendent élaborer des stratégies concernant vos propres sentiments, lorsque vous êtes nerveux(se) ou frustré(e), et comment vous allez gérer la situation, et ils peuvent utiliser ces mots.


Pour les enfants qui ont l'impression que les grandes émotions les rattrapent, vous pouvez les aider à s'entraîner à reconnaître leurs émotions, et donner l'exemple en le faisant vous-même. Essayez de classer l'intensité de vos émotions de 1 à 10, 1 étant plutôt calme et 10 étant furieux. Si vous oubliez quelque chose que vous vouliez apporter chez grand-mère, vous pouvez reconnaître que vous vous sentez frustré(e) et dire que vous êtes à 4. Cela peut sembler un peu stupide au début, mais cela apprend aux enfants à s'arrêter et à remarquer ce qu'ils ressentent.


Si vous les voyez commencer à s'énerver pour quelque chose, demandez-leur ce qu'ils ressentent et à quel point ils sont énervés. Sont-ils à 6 ? Pour certains enfants plus jeunes, une aide visuelle comme un thermomètre des sentiments peut être utile.


Validez les sentiments de votre enfant

La validation est un outil puissant pour aider les enfants à se calmer en leur faisant comprendre que vous comprenez et acceptez ce qu'ils ressentent. La validation consiste à montrer que l'on accepte, ce qui n'est pas la même chose que d'être d'accord. Elle ne porte pas de jugement. Et elle n'essaie pas de changer ou de réparer quoi que ce soit. Le fait de se sentir compris aide les enfants à se libérer de sentiments puissants.


Une validation efficace implique de prêter toute son attention à votre enfant. Vous devez être parfaitement à l'écoute de votre enfant pour remarquer son langage corporel et ses expressions faciales et essayer de comprendre son point de vue. Il peut être utile de réfléchir et de se demander : "Est-ce que j'ai bien compris ?". Ou si vous ne comprenez vraiment pas, il est normal de dire : "J'essaie de comprendre. "


Aider les enfants en leur montrant que vous les écoutez et que vous essayez de comprendre leur expérience peut aider à éviter un comportement explosif lorsqu'un enfant se prépare à une crise de colère.


Ignorer activement

Valider les sentiments ne signifie pas accorder de l'attention aux mauvais comportements. Ignorer des comportements tels que les pleurnicheries, les disputes, le langage inapproprié ou les emportements est un moyen de réduire les risques de répétition de ces comportements. On dit qu'il s'agit d'une attitude "active" car elle consiste à retirer l'attention de manière ostensible.


Vous détournez votre visage, et parfois votre corps, ou quittez la pièce lorsque votre enfant adopte de mauvais comportements afin de retirer votre attention. Mais la clé de son efficacité est, dès que votre enfant fait quelque chose que vous pouvez féliciter, de rétablir votre attention.


Une attention positive

L'outil le plus puissant dont disposent les parents pour influencer le comportement est l'attention. L'attention positive augmentera les comportements sur lesquels vous vous concentrez.


Lorsque vous façonnez un nouveau comportement, vous voulez le féliciter et lui accorder beaucoup d'attention. Soyez sincère, enthousiaste et authentique. Et vous voulez que ce soit très spécifique, pour vous assurer que votre enfant comprend ce que vous appréciez.


Lorsque vous aidez votre enfant à gérer une émotion, remarquez ses efforts pour se calmer, même s'ils sont minimes. Par exemple, si votre enfant est en pleine crise de colère et que vous le voyez prendre une grande inspiration, vous pouvez lui dire : "J'aime que tu aies pris une grande inspiration" et l'aider à prendre d'autres grandes inspirations.


Des attentes claires

Une autre façon d'empêcher les enfants de devenir dysrégulés est de définir clairement vos attentes et de suivre des routines cohérentes. Il est important que ces attentes soient très claires et courtes, et de transmettre les règles et les comportements attendus lorsque tout le monde est calme. Une structure fiable aide les enfants à se sentir en contrôle.


Lorsque le changement est inévitable, il est bon de prévenir à l'avance. Les transitions sont particulièrement difficiles pour les enfants qui ont du mal à gérer les émotions fortes, surtout lorsqu'elles impliquent l'arrêt d'une activité dans laquelle ils sont très engagés. Le fait de prévenir les enfants avant qu'une transition ne se produise peut les aider à se sentir mieux préparés. "Dans 15 minutes, nous allons nous mettre à table pour le dîner, alors tu devras éteindre ta PS4 à ce moment-là". Il se peut qu'ils aient encore du mal à s'y conformer, mais le fait de savoir que cela va arriver aide les enfants à se sentir plus en contrôle et à rester plus calmes.


Donnez des options

Lorsque l'on demande aux enfants de faire des choses qui ne les enthousiasment pas, leur donner des options peut réduire les débordements et augmenter la conformité. Par exemple : "Tu peux venir avec moi faire les courses ou tu peux aller avec papa chercher ta sœur." Ou encore : "Tu peux te préparer à aller au lit maintenant et nous pourrons lire une histoire ensemble - ou tu peux te préparer à aller au lit dans 10 minutes et pas d'histoire."


Donner deux options réduit la négociation qui peut mener à la tension.


Anticiper

Faire face à l'avenir, c'est prévoir à l'avance une situation qui, selon vous, pourrait être émotionnellement difficile pour votre enfant, ou pour vous deux. Il s'agit de parler, lorsque vous êtes tous deux calmes, de ce qui va se passer, d'être direct sur les émotions négatives qui peuvent survenir et d'élaborer une stratégie pour surmonter cette situation.


Si un enfant était contrarié la dernière fois qu'il était chez sa grand-mère parce qu'il n'avait pas le droit de faire quelque chose qu'il a le droit de faire à la maison, la solution pour la prochaine visite serait de reconnaître que vous avez vu qu'il était frustré et en colère, et de discuter de la façon dont il peut gérer ces sentiments. Ensemble, vous pourriez trouver quelque chose qu'elle a le droit de faire chez grand-mère et qu'elle peut faire avec plaisir.


Le fait de parler à l'avance des situations stressantes permet d'éviter les crises de nerfs. Si vous établissez un plan à l'avance, vous avez plus de chances de vous retrouver dans une situation positive.


Résoudre les problèmes

Si un enfant fait une crise de colère, les parents hésitent souvent à en parler plus tard. Il est naturel de vouloir mettre cela derrière nous. Mais il est bon d'y revenir brièvement, sans porter de jugement.


Revenir sur un événement antérieur - disons une crise au magasin de jouets - incite l'enfant à réfléchir à ce qui s'est passé et à élaborer une stratégie sur ce qui aurait pu être fait différemment. Si vous parvenez à trouver une ou deux choses qui auraient pu aboutir à un résultat différent, votre enfant pourrait s'en souvenir la prochaine fois qu'il se sentira dépassé.


Cinq minutes spéciales par jour

Même un petit moment réservé chaque jour à maman ou papa pour faire une activité choisie par l'enfant peut l'aider à gérer le stress à d'autres moments de la journée. C'est un moment de connexion positive, sans commandement parental, sans tenir compte des petits écarts de conduite, en s'occupant simplement de votre enfant et en le laissant prendre les choses en main.


Cela peut aider un enfant qui traverse une période difficile à l'école, par exemple, de savoir qu'il peut attendre avec impatience ce moment spécial. Ces cinq minutes d'attention parentale ne doivent pas être subordonnées à un bon comportement. C'est un moment, peu importe ce qui s'est passé ce jour-là, pour renforcer le fait que "je t'aime quoi qu'il arrive".


6 vues0 commentaire