Comment aider un enfant à lutter contre le cyber-harcèlement

Le cyber-harcèlement ou harcèlement en ligne est l'utilisation d'outils de communication numérique (comme Internet et les téléphones portables) pour mettre une autre personne en colère, la rendre triste ou l'effrayer, généralement de façon répétée. Parmi les exemples de cyber-harcèlement, citons l'envoi de messages blessants, la publication de photos ou de vidéos embarrassantes sur les réseaux sociaux et la diffusion de rumeurs nuisibles en ligne ou par téléphone portable.


Si vous essayez de déterminer si votre enfant est victime de cyber-harcèlement, demandez-vous si l'agresseur se montre blessant de manière intentionnelle et répétée. Si la réponse est non, l'agresseur a peut-être simplement besoin d'apprendre à mieux se comporter en ligne. Si la réponse est oui, prenez le problème au sérieux.


Que dois-je faire si mon enfant est victime d'intimidation en ligne ?

Apprendre que votre enfant a été victime de cyber-harcèlement est une source d'angoisse pour les parents. Vous ou votre enfant pouvez avoir envie de riposter, mais il est préférable d'aider votre enfant à désamorcer la situation, à se protéger et à faire des efforts rationnels pour mettre fin à l'intimidation. Voici les mesures immédiates que nous recommandons aux parents :

  • Rassurez votre enfant en lui disant que vous l'aimez et le soutenez,

  • Aidez votre enfant à s'éloigner de l'ordinateur ou de son mobile,

  • Rassemblez le plus de faits possibles en discutant de la situation avec votre enfant et en cherchant des preuves sur son téléphone ou sa tablette,

  • Envisagez de contacter l'école de votre enfant. Si l'intimidation se produit en ligne, elle peut aussi se produire hors ligne,

  • Donnez à votre enfant les moyens de prendre des mesures spécifiques.


Quand les parents doivent-ils intervenir dans une situation de cyber-harcèlement ?

De nombreux enfants ne disent pas à leurs parents qu'ils sont victimes de cyber-harcèlement. Les enfants peuvent se sentir gênés ou avoir honte de vous dire qu'ils ont été pris pour cible. Ils peuvent aussi avoir peur que votre intervention n'aggrave la situation. Mais si vous apprenez que votre enfant a été victime de cyber-harcèlement, cela signifie probablement que le problème est suffisamment important pour que vous vous impliquiez.


Rassemblez plus de faits en discutant de la situation avec votre enfant. Élaborez un plan d'action ensemble. Assurez-vous que vous et votre enfant êtes d'accord sur le résultat à atteindre.



Les harceleurs essaient d'isoler leurs victimes. Lorsque d'autres enfants se regroupent autour de la cible, cela contrecarre les plans du harceleur. Encouragez votre enfant à demander du soutien à ses amis et à ne pas diffuser ou relayer des messages ou des photos blessantes.


Bien entendu, si la sécurité de votre enfant est réellement menacée, vous devez immédiatement contacter l'école et les autorités.


Que puis-je dire à mon enfant de faire s'il est victime de cyber-harcèlement ?

Les enfants ne reconnaissent pas toujours les taquineries comme de l'intimidation. Certains enfants peuvent également être trop gênés ou avoir honte pour en parler à leurs parents.


C'est pourquoi il est important de parler du comportement en ligne avant que votre enfant ne commence à interagir avec d'autres personnes en ligne. Pour préparer votre enfant à aller en ligne ou à obtenir un téléphone portable, ou si vous savez qu'il a été victime d'intimidation en ligne, proposez-lui ces mesures qu'il peut prendre immédiatement :


  • Ferme la session de l'ordinateur. Ignore les attaques et éloigne-toi de la cyber-intimidation.

  • Ne réponds pas et ne riposte pas. Si tu es en colère ou blessé(e), tu risques de dire des choses que tu regretteras plus tard. Les cyber-harceleurs veulent obtenir une réaction de ta part, alors ne leur fais pas savoir que leurs plans ont fonctionné.

  • Bloque l'intimidateur. Si tu reçois des messages malveillants retire la personne de ta liste d'amis. Tu peux aussi supprimer les messages des intimidateurs sans les lire.

  • Sauvegarde et imprime les messages d'intimidation. Si le harcèlement continue, enregistre les preuves à montrer aux parents ou aux enseignants si le harcèlement ne cesse pas.

  • Parle à un(e) ami. Lorsque quelqu'un te fait sentir mal, il peut parfois être utile de parler de la situation avec un(e) ami(e).

  • Parles-en à un adulte de confiance. Un adulte de confiance est une personne qui, selon toi, t'écoutera et qui a les compétences, le désir et l'autorité nécessaires pour t'aider. En parler à un adulte, ce n'est pas de la délation, c'est se défendre. Et, même si les brimades ont lieu en ligne, ton école a probablement des règles contre cela.


Comment puis-je signaler une cyber-intimidation ?

Les sites de réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram et Snapchat ont pris des mesures sérieuses pour aider les utilisateurs qui sont la cible d'intimidateurs.


Si votre enfant est victime d'intimidation sur un site Web ou dans une application, rendez-vous sur le site de l'entreprise et cherchez une section offrant un soutien, comme "Directives de la communauté", "Centre de sécurité", "Infos pour les parents", "Conseils de sécurité" ou quelque chose de similaire. Vous y trouverez peut-être des recommandations telles que le blocage de l'intimidateur ou la modification des paramètres permettant de vous contacter.


Si votre enfant est victime d'intimidation ou de harcèlement par SMS, appelez votre opérateur de téléphonie mobile pour signaler le numéro. Vous pourrez peut-être le bloquer.


Si l'abus se poursuit, vous devrez peut-être demander l'aide de votre communauté : l'école de votre enfant, ses entraîneurs ou d'autres parents. Si la communication contient des menaces, vous devrez la signaler aux forces de l'ordre.


Donnez aux enfants les moyens de prendre des mesures positives

Jusqu'à récemment, les parents, les enseignants et les médias se concentraient sur la relation entre le tyran et sa victime. Mais les experts affirment qu'il y a généralement plus d'enfants impliqués dans un scénario de cyber-harcèlement, ce qui en fait un organisme beaucoup plus complexe qu'on ne le pensait. L'un des effets secondaires du caractère public du harcèlement en ligne est que tous les membres du cercle d'amis de l'intimidateur - en ligne ou non - peuvent être impliqués.


Identifier les différents rôles dans une situation de cyberintimidation peut vous aider à aider votre enfant à développer une conscience de soi et un sens de l'empathie. Ces compétences contribueront grandement à cultiver une culture en ligne de respect et de responsabilité.


Tout d'abord, il y a la cyberintimidation, l'agresseur qui utilise les outils numériques (comme Internet et le téléphone portable) pour perturber ou harceler délibérément sa cible - la personne qui subit la cyberintimidation. Ensuite, il y a les spectateurs, les enfants qui sont conscients que quelque chose de cruel se passe mais qui restent à l'écart (soit par indifférence, soit par peur d'être isolés socialement ou de devenir eux-mêmes une cible). Mais il y a aussi des enfants qui agissent en tant que défenseurs. Ce sont les enfants qui essaient activement de briser le cycle, que ce soit en prenant la défense de la cible, en s'adressant directement à l'intimidateur ou en informant les autorités compétentes de ce qui se passe.


Les enfants peuvent jouer différents rôles à différents moments. Les conseils que vous donnerez à votre enfant dépendront de la situation et du rôle spécifique qu'il joue dans l'intimidation ou le drame en cours.


En faisant prendre conscience aux enfants qu'un monde sûr est la responsabilité de tous, nous leur donnons les moyens de prendre des mesures positives - comme signaler un harceleur, signaler un commentaire cruel en ligne ou ne pas transmettre une photo humiliante - qui peuvent finalement mettre un terme à un épisode de cruauté croissante.


Un site utile du ministère français de la jeunesse: Non au harcèlement.

0 vue0 commentaire