Les signes et symptômes avant-coureurs de maladies psychotiques à l'adolescence

Il existe peu d'affections psychiatriques plus effrayantes ou plus difficiles à affronter pour une famille que la psychose, un état mental extrême dans lequel des troubles de la pensée et des émotions font perdre à une personne le contact avec la réalité. Il peut s'agir d'entendre ou de voir des choses qui n'existent pas (hallucinations), ou de croire des choses qui ne sont pas vraies (délires).


La maladie la plus souvent associée à la psychose, la schizophrénie, ne se manifeste généralement pas avant la fin de l'adolescence ou le début de l'âge adulte. Récemment, cependant, les experts du domaine se sont efforcés d'identifier les enfants à haut risque qui présentent des symptômes pouvant servir de signes précurseurs de la psychose, et plusieurs centres universitaires ont été créés pour se concentrer sur cette période cruciale où il est peut-être possible de modifier la trajectoire de la maladie mentale.


Tous les enfants qui présentent des symptômes avant-coureurs ne développeront pas forcement une maladie psychotique. Mais il a été démontré qu'une intervention précoce améliore les résultats pour ceux qui le font. Et comme les symptômes psychotiques perturbent toute la vie d'un adolescent, de l'école à la famille en passant par les amitiés, les chercheurs espèrent qu'une intervention rapide pourra prévenir les déficiences et prolonger le fonctionnement normal.


De plus, certaines des approches qui semblent prometteuses pour retarder l'apparition de la psychose ou atténuer les symptômes comprennent des changements de style de vie assez simples comme la réduction du stress et l'hygiène du sommeil, ainsi que la gestion des troubles concomitants comme l'anxiété. La clé : identifier les enfants à risque plus tôt, lorsque ces mesures à faible impact sont encore efficaces.


Que sont les symptômes ou signes avant-coureurs ?

Les symptômes avant-coureurs sont des symptômes "atténués" de la psychose. Ils constituent un signal d'alarme. Ces signes peuvent se manifester chez des personnes qui ne développeront finalement pas de psychose mais un tiers d'entre elles le feront probablement. C'est beaucoup plus que dans la population générale.


Ces symptômes se situent sur un spectre allant de très léger à sévère et peuvent inclure :

  • un retrait des amis et de la famille/un sentiment de méfiance envers les autres

  • des changements dans les habitudes de sommeil ou d'alimentation

  • moins d'intérêt pour l'apparence, les vêtements ou l'hygiène

  • une difficulté à organiser ses pensées ou son discours

  • une perte de l'intérêt habituel pour les activités ou une perte de motivation et d'énergie

  • le développement d'idées ou de comportements inhabituels

  • des perceptions inhabituelles, comme des visions ou des voix (ou même des ombres)

  • l'impression que les choses sont irréelles

  • un changement de personnalité

  • des sentiments de grandeur (croyance qu'il ou elle a un super pouvoir, etc.)

Dans certains cas, ces symptômes représentent les premiers stades d'un trouble, et finiront par se transformer. Dans d'autres cas, les symptômes s'estompent ou restent légers.


Si vous pensez que votre enfant est à risque, demandez une évaluation

Le traitement approprié des symptômes prodromiques dépend entièrement de leur gravité au moment du diagnostic. La première étape consiste à faire établir un diagnostic correct et complet par un professionnel de la santé mentale ayant de l'expérience dans l'évaluation des maladies psychotiques.


Si vous constatez des changements marqués dans la motivation, la pensée et/ou le comportement de votre enfant, il faut commencer par consulter son pédiatre afin d'exclure une maladie médicale. La consommation de substances psychoactives doit également être exclue comme cause de tout changement de comportement chez les adolescents. Ensuite, vous voudrez faire évaluer votre enfant par un psychiatre ou un psychologue qualifié. Ce processus peut en soi se dérouler en plusieurs étapes.


Il ne suffit pas de regarder l'enfant une seule fois et d'obtenir un peu d'historique pour savoir ce qui se passe. Les enfants se développent, les symptômes se développent. Et la trajectoire (comment les choses changent, s'améliorent ou s'aggravent, quels autres symptômes s'y ajoutent) sera très instructive pour nous renseigner sur le pronostic, sur ce que nous attendons.


Une aide pour prédire l'évolution et la gravité des symptômes est la capacité du patient à douter de ses symptômes. Si votre enfant conserve la conscience de soi nécessaire pour savoir que c'est son esprit qui lui joue des tours, c'est une indication que les symptômes n'en sont qu'à leurs débuts. Lorsque les symptômes s'aggravent, les croyances du patient (qu'elles soient paranoïaques, grandioses ou hallucinatoires) deviennent de plus en plus difficiles à remettre en question.


Options en matière de mode de vie et de santé mentale

Il a été démontré que les symptômes et les maladies psychotiques varient considérablement selon l'environnement (la santé de notre corps, nos relations interpersonnelles, notre état d'esprit). Comme pour toute maladie, mais c'est particulièrement important pour les jeunes à risque, un mode de vie sain est essentiel. Quelle que soit la gravité des symptômes avant-coureurs, il est possible d'améliorer le pronostic de votre enfant en veillant à ce qu'il suive une routine comprenant les éléments suivants:

  • une bonne alimentation

  • la pratique régulière d'exercice

  • un horaire de sommeil régulier

  • la réduction du stress autant que possible

  • l'absence de consommation de drogues, en particulier de marijuana, qui peut interagir avec les symptômes précurseurs et augmenter considérablement le risque de psychose.

Traiter la dépression et l'anxiété est également indispensable. Les adultes ayant fini par développer une schizophrénie ont identifié une période de trois à cinq ans pendant laquelle ils ont souffert de dépression ou d'anxiété avant de développer les symptômes avant-coureurs de la psychose, puis de développer une psychose complète. Donc, traiter la dépression à un stade précoce pourrait aider à interrompre la progression de la dépression vers la psychose chez certains patients.


Traitement des symptômes psychotiques avant-coureurs

Il est recommandé d'essayer plusieurs approches et d'adapter au niveau de gravité des symptômes :

  • La psycho-éducation, qui permet à l'enfant et à sa famille d'en savoir plus sur les symptômes et la maladie.

  • La thérapie, en particulier la thérapie cognitivo-comportementale : La TCC peut s'avérer utile pour modifier les schémas de pensée d'une personne mais aussi pour favoriser le développement de l'estime de soi. Il est crucial que les enfants ayant reçu un diagnostic psychiatrique ne s'auto-stigmatisent pas et n'entrent pas dans un mode désespéré ou négatif où ils ont l'impression de ne pas pouvoir réussir.

  • Adaptation du mode de vie : Évaluer si l'environnement scolaire actuel est le meilleur pour l'enfant.

  • Réduire le stress : Le stress est souvent un déclencheur de symptômes, il est donc crucial de réduire le stress dans la vie de ces enfants, ce qui peut prévenir ou retarder la conversion en maladie psychotique.

Comprendre les symptômes avant-coureurs et surveiller les enfants qui présentent un risque élevé de maladie psychotique signifie que les parents ont un rôle déterminant à jouer pour leurs enfants et qu'ils ne doivent pas attendre que les symptômes s'aggravent ou se contenter d'espérer que cela passe. Un suivi et une intervention précoces peuvent donner un avantage aux enfants à haut risque, ce qui, espèrent les chercheurs, finira par changer la donne en matière de maladie psychotique.


Plus longtemps la maladie reste sans traitement, plus le risque est grand qu'elle perturbe gravement tous les aspects de la vie du patient. Il est donc raisonnable de penser que le simple fait de suivre une personne de très près et de la traiter très tôt, dès qu'elle présente des symptômes, serait utile.





4 vues0 commentaire