Plus de conseils pour aider son enfant à gérer sa colère

Dernière mise à jour : 18 déc. 2020

Ce texte est la suite du post intitulé "Comment aider un enfant à gérer sa colère".



Des attentes claires

Une autre façon d'éviter que votre enfant ne soit frustré consiste à lui faire part de vos attentes et à suivre des routines cohérentes. Il est important de garder ces attentes très claires et courtes et de transmettre les règles et les comportements attendus lorsque tout le monde est calme. Une structure fiable aide les enfants à se sentir en contrôle.


Lorsque des changements sont inévitables, il est bon de les prévenir un peu à l'avance. Les transitions sont particulièrement difficiles pour les enfants qui ont du mal à gérer de grandes émotions, surtout lorsqu'il s'agit de mettre fin à une activité dans laquelle ils sont très engagés. Le fait de les avertir avant qu'une transition ne se produise peut les aider à se sentir mieux préparés. "Dans 15 minutes, nous allons nous asseoir à table pour le dîner, tu vas donc devoir éteindre ta PS4 à ce moment-là". Il lui est peut-être encore difficile de s'y conformer, mais le fait de savoir que cela va arriver aide l'enfant à se sentir plus en contrôle et à rester plus calme.



Donner des options

Lorsqu'on demande aux enfants de faire des choses qui ne les enthousiasment pas, leur donner des options peut réduire les débordements et accroître le respect des règles. Par exemple, le fait de leur donner des options peut réduire les débordements et accroître le respect des règles : "Tu peux soit venir avec moi faire les courses, soit aller avec papa chercher ta sœur". Ou encore : "Tu peux te préparer pour aller au lit maintenant et nous pouvons lire une histoire ensemble - ou tu peux te préparer pour aller au lit en 10 minutes et pas d'histoire".


Donner deux options réduit les négociations qui peuvent conduire à des tensions.



Anticiper et faire face

Anticiper et faire face, c'est se préparer à l'avance à une situation que vous prévoyez comme pouvant être émotionnellement difficile pour votre enfant, ou pour vous deux. Cela signifie parler, lorsque vous êtes tous les deux calmes, de ce qui va arriver, être clair/e sur les émotions négatives qui peuvent survenir et élaborer une stratégie pour y faire face.


Si votre enfant était bouleversé la dernière fois qu'il était chez sa grand-mère parce qu'il n'avait pas le droit de faire quelque chose qu'il peut faire à la maison, anticiper et faire face à la prochaine visite serait de reconnaître que vous avez vu qu'il était frustré et en colère, et de discuter de la façon dont il peut gérer ces sentiments. Ensemble, vous pourriez trouver quelque chose qu'il est autorisé à faire chez sa grand-mère et qu'il peut s'amuser à faire.


Parler à l'avance des situations stressantes permet d'éviter les déboires. Si vous établissez un plan à l'avance, cela augmente la probabilité que vous vous retrouviez dans une situation positive.



Résolution de problèmes

Si un enfant fait une colère, les parents hésitent souvent à revenir sur cette colère plus tard. Il est naturel de vouloir mettre cela derrière vous. Mais il est bon d'y revenir brièvement, sans porter de jugement.


Revenir sur un événement antérieur - par exemple, un caprice au magasin de jouets - amène l'enfant à réfléchir à ce qui s'est passé et à réfléchir à ce qui aurait pu être fait différemment. Si vous pouvez trouver une ou deux choses qui auraient pu conduire à un résultat différent, votre enfant pourrait s'en souvenir la prochaine fois qu'il commencera à se sentir dépassé.



Cinq minutes spéciales par jour

Même un temps aussi court que cinq minutes réservé de manière certaine, chaque jour, par la mère ou le père, pour faire quelque chose choisi par son enfant peut aider celui-ci à gérer son stress à d'autres moments de la journée. C'est un moment de connexion positive, sans ordre parental, en ignorant tout écart de conduite mineur, en s'occupant simplement de votre enfant et en le laissant prendre les choses en main.


Cela peut aider un enfant qui traverse une période difficile à l'école, par exemple, de savoir qu'il peut se réjouir de ce moment privilégié. Ces cinq minutes d'attention parentale ne doivent pas être subordonnées à un bon comportement. C'est le moment, quoi qu'il se soit passé ce jour-là, de renforcer le message "Je t'aime quoi qu'il arrive".


#Gestiondesémotions #Colère #Résolutiondeconflit #RésolutiondeProblème

9 vues0 commentaire