Pourquoi la résilience est si importante pour les enfants et comment favoriser son développement

Dernière mise à jour : 18 déc. 2020

En termes simples, la résilience est la capacité à répondre positivement à l'adversité, à faire face aux hauts et aux bas de la vie. Pour les enfants, elle englobe également la manière dont ils affrontent les défis qu'ils pourraient rencontrer tout au long de leur enfance. Il peut s'agir d'événements tels que l'entrée à la maternelle, à l'école primaire, un déménagement ou la perte d'un(e) ami(e).


La résilience est un trait important pour nous tous, et un trait essentiel pour le développement de nos enfants. Nous savons que la résilience rend les enfants plus heureux et moins stressés, que ce soit à la maison, à l'école, ou dans le cadre d'activités extra-scolaires.


Les psychologues ont identifié deux principaux types d'adversité :

  • L'adversité de bas niveau, quotidienne

  • L'adversité majeure

Pour les enfants, l'adversité de bas niveau se présente sous la forme d'un stress quotidien général, comme des résultats décevants ou des difficultés à l'école, à la maison ou dans des situations sociales.


Alors que l'adversité majeure est causée par un stress plus grave dû à des problèmes tels que le harcèlement, les difficultés d'apprentissage ou les problèmes de santé mentale.


Qui pense encore que l'enfance est une période insouciante, particulièrement en ces temps de pandémie et de récession économique? Il est clair que les enfants peuvent souffrir d'un stress important dû à des événements indésirables.


D'une part, la pression académique a beaucoup augmenté et commence à un âge plus précoce. Le temps où un diplôme permettait de trouver et de garder plusieurs années un travail à la sortie de ses études est depuis longtemps révolu.


Les réseaux sociaux ont également changé de manière spectaculaire notre façon de socialiser et de communiquer - et peuvent avoir des effets très négatifs sur la confiance en soi et la santé mentale des enfants.


De plus, l'anxiété et les autres problèmes de santé mentale n'ont jamais été aussi élevés. L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estime que 10 à 20% des adolescents souffrent de problèmes de santé mentale dans le monde, mais ces problèmes restent mal diagnostiqués et insuffisamment traités. Toujours selon l'OMS, La moitié des problèmes de santé mentale commencent avant l’âge de 14 ans, mais la plupart des cas ne sont ni détectés ni traités.


Et nous savons, grâce à d'autres recherches, que de tels problèmes ont tendance à persister et à s'aggraver à l'âge adulte... C'est pourquoi l'intervention précoce et la prévention donnent les meilleurs résultats.


Pourquoi la résilience est-elle importante ?

La résilience est surtout importante pour notre santé mentale. C'est une compétence de vie que nous emmenons avec nous à l'âge adulte. On pense que plus une personne est résiliente, moins elle subit de stress car elle est équipée pour faire face aux pressions de la vie.


Le renforcement de la résilience chez les enfants les aide à surmonter plus facilement les obstacles et réduit le risque qu'ils souffrent d'anxiété ou d'autres troubles liés au stress.


Comment développer la résilience chez votre enfant ?

La résilience est en partie façonnée par l'éducation et la culture de l'enfant, mais elle peut aussi être enseignée par le développement de compétences sociales.



  1. La résolution des problèmes et la prise de décision

Fondamentalement, les enfants résilients ont tendance à se considérer comme maîtres de leur propre destin. Les adultes peuvent contribuer à promouvoir le développement de la résilience en donnant l'exemple de la capacité d'adaptation, en enseignant la résolution de problèmes et en aidant les enfants à résoudre leurs propres problèmes lorsqu'ils se présentent.


Les posts sur la prise de décision et la gestion des problèmes peuvent aider les enfants à devenir plus résilients.



2. L'entourage

Le personnel scolaire et les parents jouent un rôle important dans le renforcement de la résilience des enfants. Les enfants sont plus susceptibles de faire preuve de résilience lorsqu'ils bénéficient du soutien de l'école, de la famille ou de la communauté. Un réseau étroit est souvent constitué autour des enfants qui fréquentent l'école avant et après les cours, ce qui leur donne plus de possibilités de créer des relations et de développer leur résilience.



3. La perception et l'expression

Le psychologue américain George Bannano a également constaté que la perception joue un rôle énorme. Bannano affirme que "les événements ne sont pas traumatisants tant que nous ne les vivons pas comme tels". En d'autres termes, une personne non résiliente a tendance à considérer un événement stressant comme traumatisant et s'attend à ce qu'il ait un impact négatif. En revanche, une personne résiliente a tendance à percevoir un événement stressant comme une opportunité d'apprendre et de se développer.


Apprendre à votre enfant à mettre des mots nuancés sur ses problèmes et à les hiérarchiser sans dramatiser ou exagérer, à les mettre en perspective, est une excellente manière de l'aider à renforcer sa résilience.


Au fil du temps, aider les enfants à voir les événements indésirables de manière plus positive modifie leur réaction à ces événements. Selon George Bonanno, nous pouvons "nous rendre plus ou moins vulnérables par notre façon de voir les choses". Il s'agit d'une compétence essentielle dans la vie courante, qui va au-delà du simple fait de voir le bon côté des choses.


La psychologue Maria Konnikova s'exprime ainsi : "Les êtres humains sont capables de s'inquiéter et de ruminer : nous pouvons prendre une chose mineure, la faire exploser dans notre tête, la parcourir encore et encore et nous rendre fous jusqu'à ce que nous ayons l'impression que cette chose mineure est la plus grande qui soit jamais arrivée.


Dans un sens, c'est une prophétie qui se réalise d'elle-même... Concentrez-vous sur elle, présentez-la comme une menace, et un événement potentiellement traumatisant devient un problème durable ; vous devenez plus inflexible et plus susceptible d'être affecté négativement".


Au lieu de cela, considérez l'adversité comme un défi, et vous devenez plus flexible et plus apte à y faire face, à aller de l'avant, à en tirer des leçons et à vous développer. Les personnes naturellement résilientes sont enclines à adopter cette approche pour expliquer les événements, à elles-mêmes et aux autres.


Le post sur les pensées négatives revient sur la notion de pensées négatives.



4. Le développement d'esprit de croissance.


L'une des meilleures choses que vous puissiez faire est d'encourager un esprit de croissance chez l'enfant. Qu'est-ce qu'un esprit de croissance ? C'est le fait de se concentrer sur la progression et l'effort plutôt que sur le seul résultat.


Prenons l'exemple d'un examen où l'enfant doit obtenir une certaine note pour le réussir. Si l'enfant étudie et n'obtient pas la note escomptée, il pourrait se décourager s'il n'a pas appris à valoriser tous ses efforts pour étudier. Ce n'est pas tant la note qui est importante que l'apprentissage de nouvelles compétences, la persévérance dans l'effort qui est un processus précieux en soi.


Bien sûr, les enfants peuvent toujours être déçus si le résultat n'est pas à la hauteur de leurs efforts et de leurs attentes... Mais ils sont bien mieux équipés pour le balayer comme un revers temporaire.


Lorsque l'enfant échoue, valorisez ses efforts et encouragez le à persévérer.



5. La prise de conscience et le "lâcher prise"

Il ne s'agit pas d'éliminer les pensées négatives. Il s'agit simplement de remarquer les pensées négatives au moment où elles se produisent et de les accepter comme de simples "pensées", sans les juger ou essayer de les arrêter.


La méditation et la pleine conscience peuvent aider à développer cette compétence. Des pensées négatives excessivement fréquentes peuvent être le signe de problèmes sous-jacents, comme la dépression ou l'anxiété... Mais si les enfants apprennent à simplement remarquer puis à "laisser aller" les pensées négatives sans attacher de signification particulière à ces pensées, ils peuvent réduire considérablement le stress qu'ils ressentent à la suite d'événements indésirables. En d'autres termes ? Ils deviennent plus résistants.



6. La reconnaissance

Les personnes qui se sentent reconnaissantes éprouvent plus de satisfaction dans la vie que celles qui ne le sont pas. Et, contrairement à certaines compétences, il est facile de s'entraîner à être reconnaissant ! Vous pouvez aider vos enfants à reconnaître et à apprécier les petites choses qui se produisent chaque jour :

  • Qu'est-ce qui est arrivé de drôle aujourd'hui ?

  • Qu'est-ce qui les a rendus heureux ?

  • Qu'est-ce qui les a fait se sentir spéciaux ?

Et en prenant conscience des choses dont il faut être reconnaissant, même les plus petites, on se concentre automatiquement moins sur les mauvaises choses. Et, en retour, nous subissons moins de stress lorsqu'elles se produisent. Montrez leur l'exemple en exprimant votre reconnaissance le plus souvent possible. Si vos enfants tiennent un journal intime, encouragez les à y noter les choses pour lesquelles ils sont reconnaissants.


Le post sur l'utilité de tenir un journal intime peut également aider.



#Résilience #résistance #DéveloppementPersonnel #enfant #adolescent #SantéMentale


Pour aller plus loin: article de George Bannano sur la résilience (en anglais)

11 vues0 commentaire