Comment aider un enfant solitaire

Dernière mise à jour : 26 mars

L'amitié est l'une des plus grandes sources de plaisir dans la vie d'un enfant. Elle est également essentielle à son développement. Elle jette les bases de compétences qui dureront toute la vie, comme l'écoute des autres, la résolution de problèmes et l'expression de ses sentiments. Elle est une source importante de confiance en soi et joue un rôle de plus en plus important dans leur vie émotionnelle et personnelle à mesure que les enfants grandissent.


Lorsque les enfants n'ont pas ces relations, cela peut avoir un impact sérieux sur leur humeur, leur confiance en eux-même et leur fonctionnement. Aller à l'école tous les jours peut être une épreuve. Consulter les réseaux sociaux peut être déprimant. Les enfants seuls se sentent souvent rejetés, invisibles ou comme si quelque chose n'allait pas chez eux. Et les parents qui observent la situation se demandent ce qu'ils peuvent faire pour les aider.


Pourquoi certains enfants éprouvent-ils des difficultés sur le plan social ?

Voici quelques raisons qui peuvent expliquer pourquoi un enfant ne parvient pas à nouer des liens avec d'autres enfants :


Il ne comprend pas comment socialiser

Les règles de l'interaction sociale peuvent vous sembler évidentes, mais elles doivent être apprises. Et si la plupart des enfants saisissent les signaux, certains n'y parviennent pas et ont besoin de plus de soutien et de pratique. C'est particulièrement vrai pour les enfants atteints de troubles de deéficit de l'attention, d'autisme et de troubles de l'apprentissage non verbal. Lorsqu'un enfant ne comprend pas les attentes de ses camarades quant à la façon dont il faut jouer, partager, parler et montrer qu'il écoute, il aura plus de mal à se faire des amis.


Il est anxieux

Il est fréquent que les enfants, comme les adultes, ressentent de l'anxiété lorsqu'ils se retrouvent dans une nouvelle situation sociale ou se joignent à un groupe. Cela se manifeste chez les jeunes enfants n'arrivent pas à participer aux activités de la cour de récréation, ou lors des fêtes d'anniversaire qui sont censées être amusantes mais qui sont en fait éprouvantes. L'anxiété sociale devient plus fréquente à mesure que les enfants grandissent. Certains enfants souffrant d'anxiété sociale grave peuvent être paralysés par la crainte que les autres les jugent. Ils peuvent peser chaque mot d'un message texte et s'inquiéter tellement de leur apparence ou de ce qu'ils disent qu'ils cessent de fréquenter leurs amis. Ils peuvent être tellement gênés qu'ils arrêtent même de manger à la cafétéria de l'école.


Il est déprimé

L'un des principaux symptômes de la dépression est une tendance à se retirer de la vie sociale. Alors qu'ils peuvent s'amuser avec leurs amis une fois qu'ils sont ensemble, un enfant déprimé devra d'abord être contraint de quitter sa chambre. Les enfants déprimés sont également plus susceptibles d'interpréter les choses négativement et de supposer que les autres ne veulent pas les voir.


Il ne s'intègre pas

Pour certains enfants, le problème est plus l'environnement. Si les gens qui vous entourent n'ont pas les mêmes idées ou centres d'intérêt que vous, vous avez plus de mal à communiquer et vous sentir proche d'eux.


Il est immature

Les enfants peuvent avoir du mal à s'intégrer lorsqu'ils sont plus jeunes que leurs camarades de classe ou simplement plus lents à mûrir. Il se peut qu'ils n'aient pas encore développé les mêmes compétences sociales que leurs camarades, ou qu'ils aient simplement des intérêts différents. En grandissant, les enfants ont tendance à rattraper leur retard, mais entre-temps, ils peuvent se sentir désorientés et seuls.


Que faire pour les aider ?

Lorsque les enfants passent beaucoup de temps seuls, on peut penser qu'ils se sentent seuls. Mais à moins qu'ils ne se plaignent de ne pas avoir d'amis ou qu'ils soient manifestement malheureux, il est difficile de savoir à quel point cela les perturbe.


Les enfants peuvent ne pas vouloir en parler avec vous. C'est particulièrement le cas chez les adolescents, mais les enfants de tous âges peuvent éprouver une certaine réticence à admettre ce qu'ils ressentent. Il peut être utile d'entamer la conversation en parlant de moments de votre vie où vous vous êtes sentis seuls. Le fait de partager peut permettre aux enfants d'exprimer une partie de ce qu'ils ressentent. Mais ne les poussez pas. S'ils ne veulent pas vous le dire, réessayez un jour ou deux plus tard.


En tant que parents, nous avons souvent envie de nous lancer immédiatement dans la résolution de problèmes lorsque notre enfant a un problème. Mais il est préférable de se réfréner et d'écouter ce que votre enfant a à dire. En donnant à votre enfant l'occasion de s'ouvrir et de se sentir écouté, vous lui montrez qu'il peut parler de ses émotions et que vous êtes une personne vers laquelle il peut se tourner s'il a besoin d'aide. Pour les enfants qui se sentent rejetés ou invisibles, le fait de montrer que vous vous souciez d'eux sera aussi particulièrement significatif pour eux. Le fait d'attendre d'en savoir plus vous aidera également à ne pas proposer une solution qui n'est pas vraiment adaptée au problème réel.


Quelques stratégies pour une bonne conversation :


Posez des questions ouvertes: Par exemple, si votre enfant dit que cela lui manque de passer du temps avec une personne qu'il voyait souvent, vous pouvez lui poser des questions à ce sujet. "Qu'aimais-tu vraiment faire avec elle ? Qu'est-ce qui te manque le plus quand tu la voyais ?"


Faites des observations: Parfois, les observations sont une bonne alternative aux questions. Ainsi, si vous remarquez que votre enfant ne passe plus autant de temps avec les gens qu'avant, vous pouvez le faire remarquer de la manière la plus neutre possible. Laissez ensuite un silence pour qu'il puisse parler s'il le souhaite.


Validez ses expériences: Montrer un intérêt sincère est très utile. Faites de votre mieux pour écouter sans jugement (ou sans lui montrer que cela vous tracasse) ce qu'ils ont à dire. Évitez également de réagir avec trop de sympathie ou d'émotion, car cela pourrait les faire se sentir encore plus mal. Vous pouvez montrer que vous l'écoutez en réfléchissant à ce qu'il dit ("On dirait que tu traverses une période difficile") ou en lui disant des choses encourageantes comme "Ça a l'air dur. Tu veux bien m'en dire plus ?"


Comment aider les enfants qui ont des difficultés sociales ?

Établissez un plan: Lorsque quelque chose est intimidant, il est souvent utile de le décomposer en petites étapes. Ainsi, si votre enfant a du mal à demander à quelqu'un s'il veut jouer avec lui, par exemple, vous pouvez travailler avec lui à l'élaboration d'un plan pour y parvenir. Il est recommandé d'avoir un plan A et un plan B, au cas où. Avoir un plan B peut aussi aider les enfants à se sentir plus confiants.


Pratiquez les compétences sociales: Pour les enfants qui ont des difficultés avec leurs compétences sociales, essayez de leur donner de nombreuses occasions de s'exercer à leur propre rythme dans un environnement favorable. Entraînez votre enfant sur les points qui lui posent problème comme régler un conflit, prendre son tour ou remarquer quand quelqu'un se désintéresse d'une activité et essayez les jeux de rôle pour lui donner de l'expérience. Les parents et les amis de la famille peuvent également vous aider afin qu'il puisse s'exercer avec plusieurs personnes.


Encouragez-les: Les enfants qui se sentent anxieux ou déprimés sont moins enclins à se mettre en avant. Lorsque les enfants disent qu'ils veulent rester à la maison, il est difficile de savoir jusqu'où il faut aller. Mais en général, les enfants sont capables de dire après coup : "Oh, c'était un peu moins gênant que je ne le pensais" ou "Je me suis plus amusé que je ne le pensais". Validez ce que ressentent les enfants en reconnaissant qu'aller voir des gens peut être difficile pour eux. Rappelez-leur ensuite qu'ils vont probablement s'amuser une fois sur place et offrez-leur beaucoup de soutien et de félicitations pour avoir relevé un défi.


Faites-lui prendre conscience de la réalité: Les enfants peuvent parfois avoir des difficultés sociales parce qu'ils ont tendance à mal comprendre les situations. Cela est particulièrement facile à faire avec les SMS, les discussions en groupe et les réseaux sociaux. Les enfants déprimés sont également plus enclins à interpréter les choses de manière négative, même lorsque cela n'est pas justifié. Il est important d'aider les enfants à vérifier les faits. Beaucoup d'adolescents sont centrés sur eux-mêmes, et ils pensent que si une relation s'est détériorée, c'est à cause de quelque chose qu'ils ont fait. Mais il y a peut-être d'autres interprétations et il est recommandé d'en parler : "Tu n'as pas parlé à ton ami depuis un moment. Pourquoi penses-tu qu'il est en colère contre toi ? Pourrait-il y avoir d'autres raisons pour lesquelles vous ne vous parlez plus ?".


Pour les enfants qui ont souvent tendance à interpréter les choses négativement, les aider à remarquer cette tendance, et leur rappeler quand ils le font, peut les aider à briser ce schéma.


Cherchez ailleurs des amitiés. Lorsque les enfants ne s'intègrent pas, ils ne cherchent peut-être pas au bon endroit. Il se peut qu'ils aient participé à de nombreux groupes sportifs auparavant, mais qu'ils ne soient pas vraiment intéressés par le sport. Essayez de trouver un groupe ou une activité qui les intéresse davantage. S'impliquer dans quelque chose qu'ils trouvent vraiment passionnant améliorera probablement leur confiance et leur estime de soi.


De nombreux enfants se tournent également vers Internet pour explorer des centres d'intérêt ou simplement pour entrer en contact avec un plus grand nombre d'enfants. L'un des aspects positifs de la pandémie est qu'il existe de plus en plus de groupes virtuels permettant aux enfants de se connecter et de rencontrer d'autres enfants qui ont les mêmes intérêts qu'eux.


Mais si votre enfant se tourne vers l'internet, assurez-vous qu'il reste en sécurité. Les enfants atteints d'autisme et de troubles du développement peuvent avoir plus de difficultés à déterminer si une situation est dangereuse. Il est très important que les parents soient non seulement impliqués, mais proactifs dans l'éducation de leur enfant sur la sécurité et le danger en ligne.



6 vues0 commentaire